We are free, aren’t we?

*spoiler alert – this is a post about hope and optimism*

halogen-lamp-bulb-4

Reading and hearing about politics in France those last week, I just wanted to share some thoughts, for what it’s worth…

After endless discussions and hours spent reading and weighing pros and cons, I did go and vote today. I won’t wake up early tomorrow though, because I already know I won’t be happy with the result of that election. Why some would consider the far right to lead a democracy is a mystery to me. I always blame a certain lack of education, or the global warming to fear and misunderstandings spreading around Europe, or a very short memory. But anyway, do people really believe a new president would all of a sudden make a change for the best? Then again “the best” is a very subjective concept. Do we always need to touch the bottom to rise and shine? And do you really think a single person is going to offer the change you are all after?

You know what? I think you/we are getting it wrong.

No matter who you are, what you believe in or where you are from, we are free, right? It certainly helps to be born in France and we – as individuals and as a people – do have the freedom to change, not the next president, not the next government, you. Yes, you and your friends, your family. If you want more money, you are free to decide to not buy those things you see on tv that you actually don’t truly need (no you don’t). You are free to choose to buy whichever food you want. You are free to decide what to do in your free time, you are free to give a hand to somebody who needs it for nothing in return. So let’s be realistic and honest with ourselves. No one is making you do anything and we don’t have to listen to that handful of people – clearly coming from a world you and I will never ever know – tell us what to do, how to think, even who to vote for.

We are free guys! Let’s just all face reality and stop expecting miracles because they don’t exist unless we make them happen. We are free to open our eyes and acknowledge what is going on around the world, just like we are free to turn around and ignore it (the latter option probably being the easiest but is it really viable in a long term perspective?)

And if you need inspiration and empiric proofs, have a look at this short trailer for an accessible documentary about stories and people around the world making change happen and imagining a better future. Step back and observe, use your democratic power however you want because this is not what will make a real change anyway.

Have a good day everyone.

https://www.youtube.com/watch?v=NUN0QxRB7e0

Happy new year’s hike, Puig Neulós!

Without knowing it last year, I started a new tradition to begin a new year in the best possible way. On the 1st of January 2013, I went on my own to climb Mount Chirripo (3800m) the highest mountain in Costa Rica (https://audreyslangscape.wordpress.com/2013/01/08/getting-high-in-costa-rica/). 2013 has been a fantastic year, full of surprises, mostly good ones. Starting the year by doing something that makes me happy and proud definitely was a good thing and I decided every year should start this way.

This year, I went to spend a week at my parents’ place before leaving to ‘the other side’. Luckily enough, they live in a beautiful little village, Laroque des Albères, conveniently located in Catalonia, a few kilometres away from the Mediterranean sea, in the beginning of the eastern Pyrenees.

_1240132

Laroque des Albères

‘Albères’ is the name of the mountain range it is on. Pass it and you’re in Spain. Unfortunately this isn’t the place where I grew up, but I’ve spent lots of time there ever since I can remember. But for some reasons, I had never explored the mountains very much around here. I can see the summit of the range from my window though, and it’s always been teasing me. When I saw the weather forecast for this first day of the year would be no wind, mostly sunny and 14°C, I didn’t much time to figure out what to do today. The highest mountain of the Albères range  is called ‘Puig Neulos’ is in Catalan. It means ‘cloudy round summit’ (and it actually was today). But the hike is nonetheless really nice, quite tough (from 200m above sea level to 1256 in 2,5 hours…and then walking down!). It’s in the South so no need to say the weather is particularly nice in the winter, even if it can get quite windy.

_1240138

The beginning of the trail is located right next to the village church (here on the left), turn right.

_1240142

Pass the old water-mill

_1240171

50m away from the main trail, about an hour after the start is the dolmen (La balma del Moro)

The higher you get the more you see glimpses of the surrounding villages with the sea in the background

_1240227

The beautiful Pic du Canigou, 2784m, my next step!

P1240216

A group of goats near the summit

P1240221

A cloudy and windy summit

Last but not least, I wish you all a beautiful new year, may whatever you wish for come true, but don’t forget to also do your best to make it come true 🙂

Paris, I hate you!

I’ve been thinking about what the next post on this blog would be about for the last 4 months.

4 months ago, I was silly enough to think it could be fun to come back to France for a (short) while after 5 years away. The idea behind it was to observe everything that is happening on the coffee scene in the hexagon. And well, to eat cheese and drink wine, let’s be honest. I chose Paris as I had never lived there before and it did seem like a good idea to catch up with a cultural life and get to know that city better than just as a visitor. That clearly wasn’t such a good idea, I don’t think I have ever hated living somewhere before. I won’t go into details here, I’m already tired of complaining about it.

Thankfully, I lived and worked with friends, who made the experience a whole lot nicer, and I’m very thankful for that. So am I with my sister who saved my mental and physical health by lending me her bike so I didn’t have to take the f****** metro everyday, but bike about an hour twice a day.

The context didn’t help. I knew I wouldn’t stay, so I had to do something that is very hard in France, particularly in Paris: save as much money as possible to be free to leave as soon as possible and deal with the French administration to sort out papers and stuff.

I have now left and couldn’t be happier about it. Yes, Paris is a beautiful city with lots of things happening. But we all know how French people are and that Parisians are even worse. It can be a living hell to live there and was a real shock after the tranquillity of a Northern way of life and the laid back South American one that I both cherished so much. Sometimes you need to go back somewhere to realise why you left. That’s how I felt in France. I adore wine and cheese dinner, it’s a perfect country for holidays, but living there, no thanks.

What’s next? As always I had many options of things I wanted to do next. I decided to go for the scariest and most random one: packing my life and bringing it to the other side of the planet to be with my loved one. So there, I’m flying to Sydney in just 10 days and no need to say I feel as restless as ever.

Coming up: hikes in the Australian wilderness (and around) and of course coffee-related things. I’ll keep you posted!

C’est quoi une compétition de barista?

Si nos chemins se sont déjà croisés, je vous ai probablement saoulé parlé pendant de bien trop longues heures des évènements qui ponctuent l’année d’un barista ou autre professionnel du café. Il y en a des tas, a plus ou moins grande échelle, dont la caractéristique commune est certainement le manque de médiatisation. Si vous avez regardé les infos entre le 26 et le 30 janvier, vous avez sûrement entendu parler du Sirha (le « rendez-vous mondial restauration et hôtellerie » à Lyon), peut-être aperçu quelques toques blanches, quelques assiettes des plus appétissantes ou quelques verres à pied remplis de rouge ou de blanc. Quand est-il du petit noir ? Il était bien là, niché dans l’espace café show qui lui était dédié et avec lui tous ses adorateurs.

« Mais de quoi elle parle ? C’est quoi ces évènements ? »

Alors, concrètement, il s’agit d’un salon, avec plein de stands liés de près ou de loin au monde du café, allant des diverses marques de machines à espresso au stand du pays invité d’honneur (en l’occurrence le Guatemala cette année), en passant par le chocolat, les sirops. Bref, un lieu où l’on peut goûter, apprendre et poser plein de questions. Et puis il y a une scène, avec des projecteurs, et sous les projecteurs, un show, comme ça :

Sur cette photo, admirez Luca (votre barista champion de France 2013, soit dit en passant), en pleine présentation. Le but du jeu : chaque barista a 15 minutes pour présenter son café au jury et au public, et montrer qu’il le connait par cœur. Si Luca a gagné cette année, c’est parce qu’il a su partager ses connaissances, son enthousiasme et sa compréhension globale de tout ce qui arrive au café du moment où il pousse au moment où il est servi. Il a su décliner son café délicieux en 4 espressos, 4 cappuccinos et 4 boissons signatures où il a laissé libre court à son talent (il y a tout de même un règlement d’une trentaine de pages pour régir le tout).

Ces boissons, Luca les sert aux 4 juges sensoriels (que l’on voit debout en face de lui) qui vont évaluer leur aspect visuel et sensoriel, ainsi que son professionnalisme et sa présentation globale. De l’autre côté de la table se trouvent deux juges techniques qui vont épier les moindre faits et gestes de Luca afin d’évaluer sa façon de travailler, sa constance. Un dernier juge, et non des moindres, va coordonner toute l’équipe, c’est le juge principal. Il va faire en sorte que le protocole soit bien suivi par tous les juges. Il préside la délibération et contrôle l’objectivité des notes accordées (il goûte et évalue toutes les boissons) et que les feuilles d’évaluation sont correctement remplies avec suffisamment de commentaires clairs pour que chaque note soit justifiée.

Mais ce n’est pas tout, pendant quatre jours, il y a d’autres compétitions : celle des goûteurs de café, des latte-artistes (les dessins sur espresso avec la mousse de lait) et des mi-baristas mi-barmen qui mixent café et alcool. Le tout est organisé par la Specialty Coffee Association of Europe, plein d’infos là http://scae.com/ ou là en français http://www.scaefrance.org/.

Les résultats en images :

Changement de décor, on traverse l’Atlantique pour l’Amérique Centrale, et plus précisément le Costa Rica. Ici la compétition a eu lieu sur deux jours. Le samedi 9 février, se sont affrontés des candidats amateurs. Afin d’encourager les baristas costariciens qui ne se sentent pas forcément prêts pour la compétition nationale. L’idée d’organiser une compétition spéciale « amateurs » a été lancée l’année dernière. Encore faut-il savoir qu’il s’agit d’amateurs, car les règles et les critères d’évaluation restent les même. Cela permet donc à quiconque de se lancer et d’avoir une première expérience comme compétiteur, comme par exemple Andrès, chirurgien et barista entre deux opérations!

Le dimanche, ce fut le tour des 8 baristas professionnels de s’affronter. Voilà un résumé diffusé dans leur télé-matin :

En Europe comme en Amérique Centrale, les règles sont les mêmes, les feuilles d’évaluation aussi, la façon de juger aussi. Les différences, on ne les trouve pas sur le fond, mais bien sur la forme. La plus grande différence, c’est le choix du lieu. En France, un salon mondial de la gastronomie, au Costa Rica, un centre commercial récent ultra moderne. On passe d’un espace privé remplit de professionnels de la restauration ou d’un public intéressé ayant payé un droit d’entrée, à un public lambda venu passer quelques heures dans un temple de la surconsommation.

L’ambiance s’en ressent forcément. En France, on attend patiemment entre chaque présentation  que le jury soit prêt pour le compétiteur suivant, le maître de cérémonie comblant l’attente tant bien que mal. Au Costa Rica, on se croirait un peu dans un jeu télévisé. Entre deux compétiteurs, les deux maîtres de cérémonie posent des questions au public pour leur faire gagner des petites choses. Par exemple, « quels étaient les ingrédients utilisés pour la boisson signature du dernier compétiteur ? », « Comment s’appelle le café où il travaille? ». Le spectateur ayant la bonne réponse repart avec une tasse ou un paquet de café. Car autour de la scène sont érigés plusieurs stands, des associations promouvant le café spécialisé, aux marques de café nationales, à la banque nationale, aux chaînes de cafés telles que Spoon ou même…Mc café !

Juste après l’annonce des résultats, la nouvelle championne du Costa Rica, Auxiliadora Bonilla, qui va retrouver Luca pour les championnats du monde qui ont lieu en Australie cette année.

Cette année, j’ai eu la chance d’assister aux deux compétitions en tant que juge sensorielle. Ce fut deux expériences uniques et passionnantes par de nombreux aspects et la première fois que je jugeais dans une langue que je comprends à peu près mais maîtrise très peu. Ça a éveillé de nouveaux questionnements, surtout après la compétition française où des débats ont eu lieu suite au choix de certains compétiteurs d’utiliser l’anglais comme langue médiane.

Une fois de plus, le monde du café m’interpelle et montre à quel point café et culture sont intrinsèquement liés. Bien qu’en 2006, la compétition de barista française ait eu lieu au café Illy dans une serre de chez Truffaut en banlieue parisienne, ma première pensée (sûrement un préjugé envers ma propre culture) fut que l’élitisme bien français n’accorderait que peu de considération à une discipline si elle apparaît accessible à tous. Être barista est pourtant l’un des métiers les plus démocratiques puisque n’importe qui peut potentiellement devenir barista, pas besoin de payer une fortune pour une grande école, ni de passer 7 ans à la fac (hm hm). Alors, pour donner des lettres de noblesse au monde du café spécialisé, on l’enferme dans un espace privé de spécialistes ? Et si on organisait la compétition gare de Lyon ou aux Halles l’année prochaine ?